Histoires d’Armes au château de Blois : clap de fin

Après 4 mois d’ouverture au public, l’exposition Histoires d’Armes : de l’Âge du Bronze à l’ère atomique vient de fermer ses portes.

Organisée par le musée de l’Armée et le Château Royal de Blois, avec le soutien et à l’initiative de la Délégation de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense, cette exposition a particulièrement mobilisé Vox Historiae, et son dirigeant Christophe Larribère, membre du comité scientifique et commissaire d’exposition aux côtés d’Oliver Renaudeau et de  Jean-Marie Van Hove.

Hall d'entrée de l'exposition dans l'aile gaston d'(orléans du Château de Blois (c)Paris, Musée de l'Armée/Emilie Cambier

Présentant des pièces variées – de la pelle de tranchée à l’épée dite « de Pavie » de François Ier, en passant par une armure maximilienne, une culotte pare-balles de la guerre du Vietnam, une paire de pistolets Boutet du Ier Empire où une mitrailleuse Française Hotchkiss modèle 1914 – Histoires d’Armes faisait le pari d’aborder des objets très particuliers dans une approche résolument pédagogique, destinée aux publics les plus larges, sous l’angle de la culture et de la civilisation et pas seulement de l’histoire militaire.

Outre sa participation au comité scientifique et au commissariat d’exposition, Vox Historiae a particulièrement travaillé sur les aspects pédagogiques et de médiation, d’autant plus passionnants que le sujet était d’un abord difficile.

A en croire les nombreux articles – plus de 30 – dans la presse consacrée au patrimoine où à la culture, et les retours des visiteurs, cette approche a reçu un accueil très favorable.

Ce bilan ne fait que renforcer le plaisir d’avoir participé à ce projet, au sein du comité scientifique et des commissaires, et aux côtés du scénographe Pierre Combes, du graphiste Yannick le Cam, des équipes du musée de l’Armée et du Château Royal de Blois.

Clichés (c) Paris, Musée de l’Armée/Emilie Cambier